Press Review

Saint-Saëns’s record

Organists’ Review, Mai 2011 – Michael Overbury

Editor’s choice : “These are first-class recordings of superb playing in live concert performances. They are most refreshing and I thoroughly recommend them. »

Concertclassic, Mai 2010 – Michel Roubinet

François-Xavier Roth et Les Siècles proposèrent une écoute tout simplement inouïe de la Troisième Symphonie « avec orgue ». […] On eut le sentiment que de la masse orchestrale découlaient le plus naturellement des tempos toujours justes, enlevés mais majestueux, incisifs mais lyriques – sachant pourtant combien le défi est grand de tenir une telle palette, qui plus est dans une grande acoustique, cependant que l’orgue – autre défi – sonne entre quinze et trente mètres au-dessus : un prodige de synchronisation et d’éloquence commune.

Choir and Organ, Avril 2011 – Andrew Thomson

“These fine live-recorded performances display a fresh and very musical response to Saint-Saëns’s music.”

JAV Recordings, Avril 2011 – Joe Vitacco

“This recording is one of the most electrifying and satisfying I have ever heard in my live (…), has an atmosphere like none recorded in a concert hall.”

Berlioz’s record

Diapason, Juin 2010 – Rémy Louis

L’enregistrement de la Symphonie fantastique par l’orchestre les Siècles, dirigé par François-Xavier Roth, offre une « animation, une présence, une narration habitée. Un rien retenu au début, le discours s’anime et s’incarne toujours plus au fur et à mesure que l’exécution progresse. » Dans la Scène aux champs, « Roth fait éclore un vrai climat, […] le soutien, lui donne l’expansion qu’il appelle – une véritable peinture des sensations et des sentiments. La légèreté qui semble le maître mot de cette interprétation confère à la Marche au supplice un fantastique presque insouciant. » « Cette vision est animée par un véritable esprit, qui se fortifiera encore, n’en doutons pas, avec les années.

SundayTimes, septembre 2010 – David Cairns

« One of the thriving period-instrument orchestras that have sprung up in France, Les Siècles are a lively band and, under their chief François-Xavier Roth, give a vivid account of the symphony, recorded live at last year’s Berlioz Festival in La Côte Saint-André, the composer’s birthplace, where some of the events and emotions reflected in the work are first experienced.

The connection is not merely sentimental : the performance has a raw, an authentic energy as if the location inspired the players to exceptional efforts.”

CLASSIQUEINFO.COM, août 2009 – Cyril Brun

« Dès les premières mesures, le ton est donné par le superbe son des violons, l’extrême et surprenante douceur des timbales. Les flûtes s’intègrent parfaitement sans heurts, les cors sont rien moins que somptueux et les trompettes magnifiques » « Outre cette extraordinaire vie des pianissimi, Les Siècles se sont caractérisés ce soir par une intégration peu commune des cordes et de l’harmonie. »

Allmusic, Août 2010 – Blair Sanderson

« This recording by François-Xavier Roth and the French chamber orchestra Les Siècles is an elegant presentation of the piece [Hector Berlioz’s Symphonie fantastique]. » « The colors of the vintage instruments are striking, and perhaps the most memorable timbre of this performance is the plangent tone of the cor anglais in the Scène aux champs. But the whole orchestra is vibrant with original sonorities, and Berlioz’s innovative effects are just as effective in this rendition as they would be in a modern symphony orchestra. »

Musikzen, Avril 2010

La précision de la direction y est pour beaucoup, qui crée une tension constante et donne à chaque pupitre l’occasion de briller, sans jamais se départir d’une vision d’ensemble où, au fil des mouvements, les bois, les cuivres et les percussions prennent peu à peu le pas sur les cordes. En choisissant d’aérer la symphonie, François-Xavier Roth en gomme les côtés trop « pouf pouf » et peut-être un peu le morbide qui va avec, mais au lieu de nous planter à côté de l’opiomane groggy, il nous mène dans les volutes de l’hallucination, avec ses envolées et ses chutes brutales.

  LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ, août 2009

« Berlioz, on le sait, n’a rien écrit sans enthousiasme, sans passion. Le concert de clôture hier soir avec la “Symphonie fantastique” et “Lelio” ne pouvait en rien échapper à cette règle. Avec l’Orchestre “Les Siècles” et leur chef François-Xavier Roth, on trouve le grain de folie supplémentaire qui a transfiguré l’œuvre. »

%d bloggers like this: